Braconnage

“Des milliers d’espèces en voie de disparition sont braconnés chaque année, créant un peu plus leur perte “

Saisie d'un jeune chimpanzé en Côte d'ivoire ©Alexandra Gazel
Saisie d’un jeune chimpanzé en Côte d’ivoire ©Alexandra Gazel

Le braconnage alimente souvent des trafics commerciaux qui visent à fournir les grandes villes en viande de brousse. La conservation des gorilles s’inscrit donc dans un contexte socio-économique complexe. L’exemple des gorilles de l’Est est édifiant. La guerre civile et l’instabilité politique en République Démocratique du Congo (RDC) et au Rwanda au cours des 25 dernières années ont rendu très difficile le contrôle par les gardes des frontières des aires protégées, où les belligérants armés se sont réfugiés, à l’abri des forêts.

Une autre cause favorisant le braconnage est le développement des exploitations minières, et notamment l’installation d’exploitants illégaux de minerais de grande valeur tels que l’or, les diamants, l’étain et le coltan (un alliage prisé pour la construction d’appareils électroniques, dont les téléphones mobiles). Ces activités entraînent l’augmentation des besoins en viande de brousse, tandis que le développement associé d’infrastructures routières profite au trafic à grande échelle.

Le braconnage étant par nature clandestin, le nombre de gorilles tués est difficile à estimer précisément. Cependant, en raison du faible taux de reproduction des gorilles, même un niveau de braconnage restreint peut conduire au déclin d’une population, surtout quand elle est petite. La récupération de la population pourra demander plusieurs générations. De plus, le mode de vie sociale des gorilles fragilise les populations que le braconnage peut déstructurer de façon dramatique. Ainsi, la mort d’un mâle à dos argenté conduit inévitablement à la désintégration de son groupe ; les femelles et leurs jeunes se dispersent alors à la recherche d’un nouveau groupe. Cette migration forcée augmente les risques de mortalité et d’infanticide par les mâles lorsque les femelles sont accompagnées d’un enfant non sevré. Enfin à la fragmentation des habitats et au braconnage s’ajoutent les maladies à la liste des dangers pesant sur les populations de gorilles.

Source : Magazine dossier pour la science n°86