Huile de palme

L’huile de palme est non seulement mauvaise pour la santé mais elle est la cause d’une véritable catastrophe écologique!

 

Brulure sur un orang-outan à cause de la culture sur brulis
Brulure sur un orang-outan à cause de la culture sur brulis

Incontournable, l’huile de palme est la plus consommée au monde, loin devant celles de soja, de tournesol et de colza. Présente dans de très nombreux produits alimentaires et cosmétiques, elle contribue à la déforestation des régions tropicales, surtout en Asie du Sud-Est. Peut-on se passer d’huile de palme ? Une production durable est-elle possible ? Le point sur cette huile végétale qui alimente la polémique.

Qu’est-ce que l’huile de palme ?

C’est une huile végétale extraite de la pulpe des fruits du palmier à huile. Originaire d’Afrique de l’Ouest, le palmier à huile est aujourd’hui cultivé dans de nombreuses régions tropicales, comme au Brésil.

Aujourd’hui, environ 85 % de la production mondiale d’huile de palme provient des plantations indonésiennes et malaisiennes. En 2012, ces deux pays produisaient 48 millions de tonnes de cette huile, sur les 55 millions de tonnes mondiales, contre 5 millions en 1976. Ce marché en plein essor voit la demande croître de 8,7 % par an depuis 1995.

 

Fruit d'huile de palme
Fruit d’huile de palme

À quoi sert l’huile de palme ?

L’huile de palme sert dans trois secteurs : alimentaire (80 %), cosmétologique (19 %) et énergétique (1 %). Elle se trouve dans les aliments transformés de l’agro-alimentation qui remplissent les rayons de nos supermarchés : les chips, les soupes lyophilisées, les pâtes à tartiner, les biscuits, le lait pour bébé, les sardines en boîte, la mayonnaise, les céréales, le chocolat, le fromage râpé, les pâtes à tarte, les plats préparés, etc.

En 2013, chaque Français a consommé en moyenne 2,8 g d’huile de palme par jour dans son alimentation, selon une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc).

Pour l’huile de palme crée-t-elle la polémique ?

Primo, à cause de son impact environnemental. La Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO), qui regroupe producteurs et ONG, note qu’entre 1990 et 2010, 8,7 millions hectares de forêt (deux fois la région Rhônes-Alpes) ont été rasés en Indonésie, en Malaisie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, au profit des cultures de palmiers à huile.

Et, dans ces régions, la déforestation s’accélère très fortement. Les planteurs de palmiers à huile auraient brûlé 6 millions d’hectares de forêt de 2011 à 2013, soit la surface de l’Irlande. Régulièrement, les fumées des feux de déforestation empêchent les avions d’atterrir à Bornéo, faute de visibilité.

Conséquence de ce déboisement agressif : la destruction de l’habitat et des ressources de l’orang-outan. La moitié des 70 000 spécimens vivants habitent en dehors des zones protégées, au sein des forêts exploitées par des compagnies forestières et des fabricants d’huile de palme.

Résultat, cette espèce symbolique des îles Sumatra et Bornéo est menacée d’extinction presto. L’Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN) estime que, chaque année, 1 000 orang-outang en moyenne sont tués (viande de brousse, braconnage) ou meurent (déforestation).

Secondo, l’huile de palme nuirait à la santé. Pourquoi ? Parce qu’elle est très concentrée en acide gras saturés qui, consommés en grandes quantités, contribuent aux risques de maladies cardio-vasculaires en augmentant le taux de mauvais cholestérol. Problème : l’huile de palme se trouve dans la plupart des produits de l’alimentation industrielle.

Source : http://www.nationalgeographic.fr

L’huile de palme crée une catastrophe écologique

 

Orang-outan dans son habitat détruit par la culture d'huile de palme
Orang-outan dans son habitat détruit par la culture d’huile de palme

L’industrie agro-alimentaire, et surtout Européenne, est très friande d’huile de palme et la demande est énorme, en effet les autres huiles alternatives (Soja, Colza, Tournesol, Olive,…) sont beaucoup plus chères (l’huile de Soja pose d’ailleurs aussi des problèmes écologiques). De riches Indonésiens et Malaisiens ont donc, avec la complicité de leurs gouvernements (mais la corruption est de règle dans ces pays) acheté à bas prix (ou carrément volé) des centaines de milliers d’hectares de forêt tropicale primaire ont purement et simplement été brûlées pour planter des palmiers à huile à la place.

Les forêts des principaux pays producteurs (Malaisie, Indonésie, Bornéo et Sumatra), ont été détruites à plus de 90 % aux XIXe et XXe siècles, et la déforestation massive continue pour laisser la place à des palmeraies. Disons, pour être juste que la culture de l’huile de palme n’est pas seule responsable de la déforestation et que la plus grande part est due à la production de bois, de pâte à papier ou de charbon de bois. En Indonésie 21 millions d’hectares de forêt ont disparu entre 1990 et 2005 (Persey, 2010), dont 3 millions pour faire place à des palmeraies.

Il en résulte une aggravation des rejets de gaz à effet de serre, mais aussi une réduction du milieu de vie de nombreuses espèces dont l’orang-outan. On estime à 5 000 le nombre de ces grands singes victimes chaque année de cette exploitation. Si rien n’est fait, 98 % des forêts humides indonésiennes, habitat naturel des orangs-outans, auront disparu en 2022.

La forêt indonésienne continue de brûler pour faire place à des cultures d’huile de palme. A cause de ces feux de forêt volontairement provoqués, l’Indonésie est devenue le 3e producteur de CO2 de la planète !

 

Culture sur brulis
Culture sur brulis

Nous pouvons tous faire quelque chose ! En France on a tendance à sous-estimer le pouvoir du consommateur, et pourtant c’est un vrai pouvoir, qui peut faire plier même des industriels milliardaires !

  • Exiger que la mention “contient de l’huile de palme”, avec le pourcentage, soit obligatoire sur tous les produits qui en contiennent.

  • On trouve de l’huile de palme dans les produits agro-alimentaires et dans les cosmétiques. N’achetez plus des produits qui en contiennent ! (c’est souvent indiqué sur l’emballage mais pas toujours; dans ce cas la mention “huile végétale” doit vous faire obligatoirement penser à l’huile de palme : exemple, le Nutella) Il existe TOUJOURS des produits alternatifs, de plus ils sont très souvent bien meilleurs pour votre santé, et TOUJOURS meilleurs pour l’environnement!

Carrefour, Nestlé et Unilever se sont engagés à n’utiliser que de l’huile de palme “certifiée durable” d’ici 2012 à 2015, pour fabriquer leurs produits. En 2010, la marque Casino a annoncé qu’elle cesse d’inclure cette huile dans ses produits alimentaires, en raison de ses risques pour la santé et de son impact sur l’environnement. La marque de biscuits et de pâtisseries St-Michel s’est également engagée sur le « zéro huile de palme » dans ses recettes en 2010.

Conscients de la puissance de l’opinion publique, de plus en plus défavorable à l’huile de palme, les industriels agro-alimentaires proposent la création d’un label “huile de palme certifiée durable” ; l’huile proviendrait d’exploitations qui n’ont pas eu recours au déboisement de forêt tropicale pour se constituer. On peut rester dubitatif et sceptique devant ce label, car certaines exploitations “certifiées” n’ont rien d’écologique et utilisent par exemple des pesticides extraordinairement nocifs et interdits en Europe: la seule vraie solution est probablement de supprimer purement et simplement l’huile de palme; ce qui n’empêche pas transitoirement au moins d’encourager les paysans producteurs à planter des palmiers sur des terres dégradées ou à reconvertir plutôt que dans des forêts primaires brûlées ou coupées. Encore faut-il leur donner les moyens d’acheter ces terres…

 

Déforestation en Indonésie

Il est tout à fait possible de changer notre alimentation avec des produits sans Huile de Palme. Voici quelques liens pour vous informer et vous aider à identifier les produits avec et sans Huile de Palme

Voici un petit guide vert intéressant du blog Vivre sans huile de palme.

http://vivresanshuiledepalme.blogspot.fr/p/le-petit-guide-vert.html

Un site plutôt complet sur le sujet mais qui malheureusement n’est plus a jour : http://nopalm.org/

Agissez selon votre bon vouloir, en toute indépendance

Notre association n’a pas pour vocation de culpabiliser le consommateur. Notre but est seulement de vous donner les clés pour bien comprendre le danger que représente notre consommation excessive d’huile de palme. A chacun ensuite d’agir en fonction de ses propres idées, convictions et envies.

Ce combat a plusieurs buts :

  • Rendre obligatoire la mention complète des huiles végétales présentes dans la composition d’un produit.

  • Contraindre les industriels à utiliser moins de palme grâce à la pression des consommateurs.

Car consommer moins d’huile de palme c’est :

  • Stopper / ralentir la déforestation massive dans les pays producteurs

  • Mieux contrôler la quantité d’acide gras dans notre alimentation

  • Diminuer l’impact sur le réchauffement climatique

  • Sauvegarder l’habitat de milliers d’espèces